notre site internet

mardi 6 mars 2018

Le collège des Plateaux : inauguration et plan d'excellence


Une collégienne et deux collégiens. Iront-ils au lycée ? On l'espère et nous œuvrons pour cela


Lors de notre dernier voyage le mois dernier, le collège a donc été inauguré officiellement par le préfet en présence du président du Rotary-Club (Didier cet année, notre infatigable relais sur place) des chefs de canton, des chefs de village et de la population. Une grande fête avec musique, chants et repas pour clôturer la journée. 
Regardez la courte vidéo ci-après et transportez-vous trente secondes en Afrique !




Des encouragements plutôt que des brimades


Mais faire de beaux bâtiments n'est pas le seul gage de réussite pour ces collégiens. Il faut aussi lutter contre l’absentéisme scolaire (dû au travail aux champs, aux corvées d'eau et mariage précoce pour les filles) et pallier une formation pédagogique quelque fois insuffisante des enseignants. 
Nous avons donc en début d'année proposé aux professeurs du collège (très demandeurs) une formation pédagogique, financée par coup de pousse mais assurée par les services de l'éducation nationale togolaise. En effet, mal préparés au métier de l’enseignement, beaucoup de professeurs utilisent encore des brimades à l'encontre des élèves et le bâton n'est jamais très loin.

Les profs avec l'inspecteur et Didier  au milieu et Augustin (tout en bleu)



Lors de notre dernier séjour, Augustin, qui a récemment rejoint les rangs du Rotary et est lui-même enseignant, en a profité pour leur faire part de son expérience. Il a insisté sur le fait que les brimades et humiliations des élèves étaient une pratique contre-productive. Il vaut bien mieux les encourager et les louer afin de renforcer leur confiance en eux. 
Le débat n'est pas nouveau et je suis certaine que, vous qui me lisez, avez ou avez eu des expériences et des témoignages intéressants à ce sujet ! 

 

 

 

 

 

Et de la lumière pour étudier

 

Les profs et nous avons démarré, lors de notre denier séjour, la mise en place d'une politique d'excellence pour notre nouveau collège : démontrer qu'avec l'aide voulu nous pouvons relever le taux de réussite au brevet des collèges (qui s'appelle encore CEPD au Togo). Le pourcentage de réussite dans tout le pays est de 70% mais de seulement de 50% dans la Région des Savanes. Ambitieux mais possible (le major de la promotion 2016 pour la Région des Savanes vient de Lokpergou  ! 💪)

Mais comment mettre en place une dynamique d'apprentissage si nos collégiens ne peuvent étudier le soir ? En Afrique dans la savane, pas de pollution lumineuse ! Une fois la nuit tombée, c'est l'obscurité totale. Il était donc urgent d'y remédier pour nos collégiens. 

Ce n'est qu'un petit tube néon, mais, croyez moi, il fait toute la différence !





Nos amis togolais ont réagi avec la vitesse de l'éclair. Nous étions à peine rentrés en France que nous parvenaient déjà les premières photos de la classe éclairée. 
  Toujours en application de cette politique d'excellence, les enseignants organisent maintenant des études supplémentaires pour les plus grands afin de combler leur retard.













Pour rappel, il y a 192 inscrits au collège, 67 en 6e, 45 en 5e, 37 en 4e et 43 en 3e. Les filles sont à peu près à part égale avec les garçons.


Pas encore beaucoup de confort, mais un néon au dessus d'une porte permet à ces jeunes d'approfondir leurs cours

Notre collège est né grâce à l'union des beaucoup de bonnes volontés. Parmi beaucoup d'autres, on notera celle de Célestin, professeur  de collège d'histoire-géo pendant trente ans et ancien directeur de collège. À la retraite depuis cinq ans, l'homme a une foi inébranlable dans les vertus de l'éducation et c'est lui qui a donné le terrain pour construire le Collège de l'Union des plateaux et a œuvré pour la réalisation du projet.


«L'éducation est l'arme la plus puissante qu'on puisse utiliser pour changer le monde. (Nelson Mandela). Jolie citation reprise par le Patrick à l'inauguration du collège.

À suivre...



 Vous avez aimé ? Partagez ce billet sur votre page FB ! 

Nouveau : suivez nous sur Instagram, tapez coupdepousse et abonnez-vous. Toutes les photos que nous ne pouvons pas publier pas sur le blog y sont  ! 


Pour en savoir plus :  
Visitez le site de coup de pousse, www.cdpousse.org et suivez nos actus en vous inscrivant au flux des billets (en haut à droite du blog) ou écrivez-nous à florence@cdpousse.org et pour faire un don cliquez ici



Faire un don

lundi 19 février 2018

Le collège de l'union des plateaux



Quelques uns des presque 200 collégiens, Patrick et le directeur du collège posent devant les bâtiments et la plaque de remerciement aux donateurs

Avant il n'y avait rien, juste des cailloux et quelques arbres. Ah ! si, il y avait un abri sommaire,  servant de classes. Construit par les parents, il s’écroulait un peu plus à chaque forte pluie et devait à chaque fois être retapé si ce n'est reconstruit totalement.




Alors un énorme merci à la Fondation d'entreprise Air France qui a financé les deux tiers du projet. Rappelons que le dernier tiers a été assuré par la levée de fond de l'opération Des ailes pour une école  d'octobre 2017.





Vue générale du bâtiment de 4 classes, photo prise du bureau du directeur, en face. Le ciel est blanc et l'air est chargé de poussière. C'est l'époque de l'Harmattan, un vent sableux très sec du nord-est. Il est très chaud le jour, plus « froid » la nuit.


Et c'est comme cela que six mois après le début du chantier, le paysage est transformé ! On ne reconnait plus ce plateau qui ne voyait passer que quelques chèvres et des pintades de temps en temps. Maintenant se dressent fièrement deux bâtiments de part et d'autre de la cour de récréation.


Graine d'espoir, la pousse verte grandit, grandit et deviendra bientôt un arbre !



Pas encore ombragée, celle-ci regarde pousser les jeunes arbres plantées récemment par les villageois. Arrosés soigneusement par les élèves, sous la supervision attentive des professeurs. On a bon espoir des les voir abriter bientôt nos collégiens.









Plus loin l'indispensable terrain de foot avec ses buts. Les ballons apportés par coup de pousse sont attendus avec impatience. Au total il y donc deux bâtiments, l'un de quatre classes et en face, un autre abritant le bureau du directeur, une pièce de stockage et une cinquième classe, plus une aire de jeu, un terrain de foot et des latrines, une pour les filles et une pour les garçons.


Pas très sexy mais indispensables, les toilettes sèches participent à l'éducation à l’hygiène des collégiens

La reconnaissance de l'école comme collège officiel est en cours et les professeurs seront alors payés par l'état. L'inauguration du collège par le préfet de la région a d'ailleurs été une bonne occasion de faire un peu de lobbying. Par ailleurs, notre collège a d'ambitieux projets. Nous voulons prouver par le pourcentage de réussite au Brevet (fin de 3e) que l'on peut avoir des bons résultats au même dans cette zone très pauvre et difficile.

Dans le prochain billet : des images de l’inauguration et nos actions pour faire de ce nouveau Collège de l'union des plateaux, un établissement d'excellence qui rayonne dans la région !

Vous dites ?... Nous sommes de doux rêveurs optimistes ? Peut-être... mais pas tant que cela. Vous verrez. 😊 D'ailleurs, vous-même, cher lecteur, si vous nous lisez, n'est ce pas parce que vous aussi vous y croyez, à cette lutte contre la pauvreté par l'éducation ?!

Accrochées à des arbres, mous avons eu la surprise de découvrir ces poubelles improvisées. Ce n'est pas gagné mais vous voyez que les graines semées par ci par là finissent par germer ! 


Vous avez aimé ? Partagez ce billet sur votre page FB ! 

Nouveau : suivez nous sur Instagram, tapez coupdepousse et abonnez-vous. Toutes les photos que nous ne pouvons pas publier pas sur le blog y sont  ! 



Pour en savoir plus :  
Visitez le site de coup de pousse, www.cdpousse.org et suivez nos actus en vous inscrivant au flux des billets (en haut à droite du blog) ou écrivez-nous à florence@cdpousse.org et pour faire un don cliquez ici



vendredi 10 novembre 2017

Raid avion : épilogue, le témoignage des acteurs


Au dessus de l'Atlas, ces montagnes d'Afrique du Nord presque aussi hautes que les Alpes


Laissons parler ceux qui ont vécu cette aventure...

Patrice B :
« Violent, le retour à la civilisation !
Vous avez peut-être suivi notre périple à travers l’Espagne, le Maroc, la Mauritanie, le Sénégal, le Mali, le Burkina-Faso et finalement, le Togo, notre terre d’arrivée.
Je passerai rapidement sur les tracasseries administratives qui ont fait que nous n’étions pas loin de passer plus de temps sur les tarmacs qu’en vol (je n’exagère pas) : élaboration des factures de taxes d’atterrissage, (entre 30 et 45 minutes par facture), le règlement des taxes (ce n’est pas le même bureau), la recherche sur l’ordinateur des aérodromes de provenance et de destination (je n’en connais pas le nombre mais il faut savoir qu’en Afrique ils ne sont pas classés par ordre alphabétique d’où une recherche au hasard), l’obtention d’une météo (tout est manuel et prend environ une demi heure), sans parler des formalités de police et de douane… Et ce, à chaque atterrissage !


Une concession, des cases regroupées où vit toute une famille.

Il faut maintenant remplir les réservoirs d’essence : acheminement de fûts commandés à l’avance, à condition que l’impétrant soit sur le tarmac, et remplissage des réservoirs au moyen d’une pompe à main, dans le meilleur des cas !
Mais tout ceci avait un but : atteindre Dapaong, dans le nord du Togo, sur une piste en latérite et rencontrer les populations pour lesquelles nous nous sommes (vous vous êtes) tant mobilisés.
Une fois de plus à cause d’une tracasserie qui nous a retenus à Niamtougou (aéroport douanier sur lequel il nous a fallu poser nos roues pour officialiser notre entrée au Togo et pour lequel il nous a été demandé une somme astronomique, provoquant la colère justifiée de Patrick), nous avons redécollé pour Dapaong, à 80 minutes au nord-ouest et nous y sommes posés aux dernières lueurs du jour.


La nuit tombait mais ils étaient bien là !

La récompense était à la hauteur de nos efforts : environ 1000 ou 1500 villageois nous attendaient au rythme de tam-tam et de danseurs en costumes traditionnels, à la nuit tombante. La ferveur et la chaleur de cet accueil étaient la manifestation évidente d’une reconnaissance qui s’est confirmée à maintes reprises par la suite. Dapaong est une ville (plus de 30 000 habitants) et constitue le port d’attache pour les actions de coup de pousse. En réalité, ces actions concernent des petits village situés sur les plateaux avoisinants, éparpillés au milieu de la région des Savanes et dont la pauvreté est saisissante.
Notre rencontre avec ces populations fut particulièrement émouvante tant l’expression reconnaissante de ces enfants pour notre (votre) action était palpable. Le discours percutant du Président du Rotary de Dapaong, Didier, un togolais brillant, devant tous ces enfants et relais local du programme, fut, à ce titre, très éloquent.

Toujours beaucoup d'enfants curieux

Évidement on ne revient pas indemne de ce genre d'expérience. Ce monde de l'ONG fut pour moi une découverte (il n'est jamais trop tard) et j’ai été impressionné par le travail déjà réalisé : forage de puits, construction de bâtiments pour une maternelle, un collège, une cantine, des latrines... et ce depuis plusieurs années par une équipe pour le moins réduite (Florence et Patrick). J'ai été impressionné par la volonté et le courage des habitants pour utiliser au mieux l'aide qui leur était apportée en ne la considérant pas comme une fin en soi mais comme un complément à une tâche qu'ils devaient accomplir eux-mêmes.
Je suis très heureux si grâce à vous, j'ai peu apporter un petit caillou à cet édifice. La tâche est loin d'être achevée. Serait-ce le commencement d'un nouvel ouvrage ?
À suivre... »




Et puis, une fois n'est pas coutume, le président-fondateur de coup de pousse témoigne. Découvrez plutôt :

 

Patrick  :
« Aller là où personne ne va, survoler des lieux aux noms évocateurs, Nouadhibou, Mogador (Essaouira maintenant), Cap Juby, Ouagadougou, la fascination de surfer avec les dunes, survoler des régions « inhospitalières », vivre « un peu » l’émotion de nos pères de l’aéropostale, voir l’émerveillement des petits, mais aussi des grands devant ces tous petits avions qui viennent de si loin, partager des moments uniques avec des amis, l’aventure a toujours un prix. Pour la nôtre, je dirai :
 
Patience +  Persévérance + Solidarité = Aventure

Patience...

La patience, c’est tous les jours se lever à 5 heures du matin, se coucher à minuit, ne pas avoir le temps de déjeuner, voler 5 ou 6 heures et le reste du temps, gérer les formalités, autorisations de survols, payer les diverses taxes d’atterrissages, de stationnement, appeler l’essence qui est en train de faire le plein d’un liner avant de venir nous voir, qui n’a pas de véhicule pour transporter les fûts auprès de nos avions, de protéger les machines le soir d’un éventuel vent de sables, d’attendre les autorités pour faire les formalités de police et de douanes (ce n’est pas la même chose), etc.

Persévérance malgré la fatigue...

La persévérance, c’est d’expliquer que nous ne sommes pas des airbus A380 avec des passagers, mais un raid humanitaire et que nous n’avons pas à payer des frais de handling extravagant, d’expliquer à notre cher pompiste surnommé affectueusement « Neuneu » qui refusent de nous servir de l’essence au prétexte  que nous ne pouvons présenter un k-bis d’entreprise alors que nous sommes des privés, c’est de négocier en vol avec les autorités mauritaniennes l’autorisation de survol qu’ils nous ont donnée par écrit et qu’ils nous refusent au moment de franchir la frontière.
 
Solidarité

La solidarité, c’est le sacrifice de Marc et de Claude qui ont laissé leur place dans les avions à des jerrycans d’essence entre Dakar et Ouagadougou pour permettre aux autres de passer, c’est vous tous les donateurs, petits et grands, qui ont fait que notre levée de fonds a dépassé toutes nos espérances et a légitimé ce raid solidaire…

C'est le retour au bercail !

 



Alors, oui, ça a été tout ça notre aventure, et nous ne l’aurions manqué à … aucun prix 😉 »









 



  

Et puis encore... 




Jean-Luc : 
« Merci pour nous avoir proposé cette belle aventure avec Alain et nous avoir guidé vers cette destination. Une belle réussite, inoubliable. La volonté générale, un partage et une solidarité ont permis de faire aboutir ce projet et nous faire rencontrer ces populations. »

Claude :
« Jamais je n'avais pensé participer à un tel périple . J'avais suivi les précédents grâce aux balises et le vivre était inespéré pour moi. Des images plein la tête. Mais cela s'est réalisé grâce à Alain et Patrick... Un grand merci »
 
Marc :  
« Jusqu’à la fin de mes jours (le plus tard possible) je me souviendrai de ce périple et de vous tous et du contexte... quelle leçon de vie ! Petit clin d’œil à Alain sans qui je ne serais jamais parti, et à Patrick sans lequel nous aurions pas poursuivi... »
 
Amina et Amadou contrôleurs de la tour de Kayes, Mali. 

Patrice D. : 
« A mon tour de remercier pour cette aventure qui m’a fait découvrir une facette de l’Afrique administrative dont je ne soupçonnais pas l’existence. Ce voyage a été l’occasion de rencontrer des personnages   attachants (je pense notamment a Neu-Neu 1er de Jéres, au chef de la douane de Dakhla etc.) Merci encore et je me porte volontaire pour une autre virée ! »





Voilà, chers lecteurs, c'est fini ! Maintenant tout le monde se repose un peu afin de pouvoir repartir de plus belle. 

Grâce à vous tous nous avons collecté 10375€ qui viennent en complément de la dotation de 25000€ de la Fondation Air France et assurent la construction du collège et son équipement en plaques solaires. 

Merci et à bientôt !
 
Objectif collège !


Note importante : comme à l'accoutumée, les frais dont parlent les pilotes ont été assumés entièrement par eux-mêmes et en aucun cas par vos dons.

 

vous avez aimé ? Partagez ce billet sur votre page FB !  

Pour en savoir plus :  
Visitez le site de coup de pousse, www.cdpousse.org et suivez nos actus en vous inscrivant au flux des billets (en haut à droite du blog) ou écrivez-nous à florence@cdpousse.org et pour faire un don cliquez ici


Pour en savoir plus

Visitez le site de coup de pousse, www.cdpousse.org et suivez nos actus en vous inscrivant au flux des billets (en haut à droite du blog), écrivez-nous à florence@cdpousse.org et pour faire un don, cliquez ici